Rejoignez la France insoumise

Image

Actuellement plus de 113 000 personnes ont décidé de soutenir la candidature je Jean-Luc Mélenchon et de s’engager dans l’aventure de la France Insoumise . Vous aussi rejoignez ce mouvement et participer .

Ca4KINOWwAA8k_Z

Advertisements

Rassemblement ce soir à 18h30 Place St Michel à Paris

Nous relayons ici le communiqué du Front de Gauche au sujet du Meurtre dont à été victime Clémént MERIC

Communiqué du Front de Gauche

Clement

Clément Méric, antifascite, étudiant de Sciences Po où il militait au syndicat Sud a été tué hier en plein Paris par un groupe de militants d’extrême droite manifestement du Groupe JNR (Jeune Nationaliste Révolutionnaire).

Violemment frappé au sol il a été déclaré en état de mort cérébrale à l’hôpital Salpetrière.

Le Front de Gauche est triste et en colère devant le meurtre politique de ce jeune de 18 ans. Il adresse ses condoléances à sa famille et ses camarades.

Le Front de Gauche s’adresse au Ministre de l’intérieur pour que les forces de police retrouvent rapidement les responsables de cet assassinat. Le FDG exige la dissolution des Groupes d’extrême droite qui multiplient les actes de violence et affichent avec de moins en moins de retenue la haine raciale et leurs convictions fascistes à Paris et à travers le pays depuis plusieurs semaines. Nous dénonçons le climat malsain qui voit la banalisation des idées d’extrême droite jusqu’au renvoi dos à dos de partis se réclamant de cette famille politique avec des forces démocratiques et antiracistes.

Le Front de Gauche soutient le rassemblement initié par les étudiants de sciences po en hommage à leur camarade à 12 h. (Eric Coquerel, secrétaire national s’y rendra pour le Parti de Gauche)

 

Nous appelons également ce jeudi 6 juin à 18h30 Place St Michel à un rassemblement unitaire le plus large possible pour dire notre horreur face à ce crime odieux et exiger la dissolution des groupes d’extrême droite responsables de la mort de Clément

Tous Aux Urnes, Dimanche on vote

les-actions-2771_crop“Il me tient à cœur de vous expliquer pour quelles raisons je vais voter pour Jean-Luc Mélenchon du Front de Gauche au premier tour de la présidentielle le 22 avril prochain, et peut-être, je l’espère, au second tour aussi. J’espère que mes raisons, si elles ne vous convainquent pas, vous feront au moins réfléchir. Si certains sont convaincus par mon email, n’hésitez pas à le partager autour de vous.
Tout d’abord, comprenez que je souhaite que le Front de Gauchedépasse le Front National au premier tour. La peur d’une Marine Le Pen présente au second tour reste dans tous les esprits, cela verrouille le système de la Ve République et pousse la plupart des électeurs de gauche, qui se sentiraient enclin à voter Mélenchon, à préférer voter Hollande, sans véritable conviction. A tous ceux qui seraient dans cette configuration de pensée, rappelez vous qu’il y a cinq ans, Le Pen avait été largement surestimé (16/17%) alors que son score final fût de 10,5%. Par ailleurs, comme l’a montré l’histoire : plus la gauche est forte au premier tour, c’est à dire l’association gauche “radicale” et gauche “modérée”, plus le candidat de gauche du second t our à de chances de l’emporter. Ce fut par exemple le cas en 1981, le PCF faisait 18% et Mitterrand arrivait deuxième au 1er tour : cela ne l’a pourtant pas empêché de remporter l’élection présidentielle devant Giscard. En effet, comme les sondages le montrent : plus le Front de Gauche monte, plus la gauche gagne largement au second tour contre Nicolas Sarkozy. Pour conclure ma première démonstration : un bon score du Front de Gauche n’empêchera pas la victoire de la gauche contre l’UMP, il la rendra possible.

Un sondage récent (jeudi dernier) créditait Jean-Luc Mélenchon de 17%, à deux points de Marine Le Pen. Un tel résultat sondagier montre le mouvement qu’a su créer le Front de Gauche dans l’opinion publique, en associant plusieurs partis de la gauche radicale (PCF, PG, Gauche Unitaire, la Faze…). Pourquoi et comment un tel regroupement a t-il pu créer ce mouvement, alors qu’on disait la gauche radicale morte de sa belle mort, vouée aux gémonies, parce que soi-disant responsable du 21 avril 2002, et trop archaïque ?

Le Front de Gauche propose un vrai programme, et non pas une succession de propositions. Autrement dit, le programme L’Humain d’abord définit un véritable projet de société, holistique et cohérent. Prendre une par une les propositions symboliques du programme, comme le font la plupart des journalistes, n’a aucune utilité. C’est regarder par le petit bout de la lorgnette, alors qu’il faut au contraire s’extraire du contingent pour avoir un œil nouveau. C’est cette vision d’une société nouvelle qui a généré les démonstrations de force de la Bastille, de Toulouse et de Marseille, pas seulement la personnalité et les qualités d’orateur de Jean-Luc Mélenchon.

L’Humain d’abord part du constat suivant : la crise économique que traversent l’Europe et la France – la pire depuis les années 1930 – n’est pas ordinaire, elle n’est pas “normale”. Cette crise a déjà eu des conséquences terribles pour des peuples voisins (en Grèce, au Portugal, en Espagne…). Si la gauche française n’engage pas un véritable changement de cap, nous serons très probablement le prochain pays à souffrir des conséquences des plans d’ “austérité”. Le calendrier électoral français fait de l’élection présidentielle la première d’une longue série en Europe. C’est une occasion unique de montrer l’exemple et de mettre un coup d’arrêt brutal au rouleau compresseur du libéralisme.

Le Front de Gauche est le seul parti en France qui se donne les moyens pour que le politique dompte la finance : mais comment ?Il préconise un véritable changement politique, écologique, économique et social par une relance de l’économie, un véritable partage des richesses, la planification écologique, une nouvelle construction de l’Europe et une refonte des institutions en créant la VIe République.

Relance de l’économie :

C’est en faisant respirer l’économie (et non en la contractant) que le pays renouera avec le cercle vertueux de la croissance :

– retraite à 60 ans

– Smic à 1700 euros

– diminution du temps de travail hebdomadaire

– réglementation des stages

– arrêt immédiat de la RGPP.

Redistribution des richesses :

C’est par la fiscalité que la société organise l’égalité de ses membres : l’impôt juste est celui qui corrige les inégalités entre les différents revenus des citoyens en prenant aux riches pour redistribuer aux pauvres. Le Front de Gauche veut bloquer la spéculation et la financiarisation de l’économie en réglementant et en taxant les banques et les individus qui s’arrogent des richesses communes :

– création d’un pôle public financier

– placement sous contrôle social des banques privées

– suppression du bouclier fiscal

– mise en place d’un impôt sur le revenu “réellement progressif” (14 tranches, dont la dernière, au dessus de 20 fois le salaire médian, soit 360 000 par an, à 100%)

– arrêt du démantèlement de la fiscalité du patrimoine

– augmentation du rendement de l’ISF et de l’impôt sur les revenus du capital

– imposition des exilés fiscaux

– taxation des revenus financiers des entreprises

– rétablissement d’une égalité de l’impôt sur les sociétés entre les PME et les grandes entreprises.

Planification écologique

Le réchauffement climatique, la destruction de la biodiversité et l’épuisement rapide des ressources naturelles sont le résultat des logiques de profit maximal à court terme. Le Front de Gauche propose la planification écologique comme moyen de redéfinir nos modes de production, de consommation et d’échange en fonction de l’intérêt général de l’humanité et de l’impact de l’activité économique sur l’écosystème :

– moratoire sur toutes les politiques de déréglementation de l’énergie.

– création d’un pôle 100% public de l’énergie comprenant EDF, GDF, Areva et Total renationalisé.

– referendum sur la sortie du nucléaire après débat public national.

– constitution d’un grand service public de l’eau et de l’assainissement (ayant pour objectif que les dépenses d’eau par famille n’excèdent pas 3% de leurs ressources).

– mise en place d’un plan de transition écologique (promouvant des investissements publics conditionnés à des critères écologiques, sociaux et démocratiques).

– mise en place d’un plan de financement pour la sobriété et l’efficacité énergétiques et pour la diversification des sources d’énergie.

– lancement d’un réseau de géothermie profonde.

– lancement d’un grand plan de ferroutage.

– plan national de transition écologique de l’agriculture.

– interdiction des OGM en plein champ et de la vente libre de pesticides et herbicides chimiques nocifs pour la santé.

– soutien à l’installation des jeunes agriculteurs et à une agriculture responsable.

– création d’emplois en agriculture (révision du mandat des Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) et du Code des marchés publics, droit de préemption systématique des terres libérées en faveur de l’installation d’agriculteurs).

– encadrement des pratiques de la grande distribution (prix minimums aux producteurs, coefficients multiplicateurs maximums).

– inscription de toutes les politiques publiques dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Une nouvelle Europe

Le traité de Lisbonne et les politiques qu’ils favorisent encouragent le libre-échange au détriment de l’environnement et de la justice sociale. L’Europe n’est pas seulement un marché, c’est d’abord une alliance fraternelle entre des peuples :

– remise en cause du pacte pour l’Euro+ qui impose l’austérité aux peuples

– création d’un Fonds de développement social, écologique et solidaire européen

– refonte des statuts et mission de la BCE pour mettre fin à l’indépendance dont elle jouit à l’égard des instances démocratiques européennes et nationales

– affranchir l’Europe du Traité de Lisbonne et mener la bataille politique et diplomatique pour un nouveau traité européen

– convocation d’Etats généraux de la refondation européenne mobilisant toutes les forces sociales et politiques disponible

– remise en cause, par référendum, du Pacte de stabilité qui impose l’austérité aux peuples

– financement direct par la BCE (et les banques centrales) du Fonds de développement social, solidaire et écologique européen par création monétaire

– refus d’appliquer les directives européennes qui libéralisent les services publics

– harmonisation fiscale pour empêcher le dumping social entre pays membres de l’UE

– harmonisation des droits sociaux et politiques européens (SMIC européen)

– adoption d’une nouvelle Politique Agricole Commune fondée sur l’objectif de souveraineté alimentaire et centrant la production sur les besoins intérieurs

– institution d’une coopération euro-méditerranéenne de progrès social, écologique et de codéveloppement en direction des pays du Maghreb, du Machrek, d’Afrique noire et du MoyenOrient.

Pour une VIe République

Les institutions actuelles ont éloigné le pouvoir du peuple, provoquant une grave crise démocratique. La vie politique tend à se réduire à une compétition présidentielle opposant tous les cinq ans des candidats qui se distinguent avant tout par leurs styles personnels. C’est l’oligarchie qui gouverne. Pour restaurer une démocratie véritable, il est temps de fonder une nouvelle République :

– convocation d’une assemblée Constituante visant à fonder une sixième République sociale, parlementaire et participative dont l’adoption sera soumise au référendum populaire.

– inscription du droit à l’emploi et au travail, à la santé, à l’éducation, à la protection sociale dans la Constitution.

– garantie de l’indépendance des médias à l’égard des puissances d’argent et du pouvoir politique par la création d’un Conseil national des médias.

– adoption du scrutin proportionnel pour l’ensemble des élections.

– mise en place d’une “règle verte” (en lieu et place d’une “règle d’or”) visant à rembourser la dette écologique de la France vis-à-vis du reste du monde et de nos enfants.

– remplacement du Conseil Constitutionnel par une nouvelle instance nationale pluraliste chargée du contrôle de constitutionnalité, pouvant être saisie par les citoyens.

– inscription dans la Constitution du droit des citoyens à intervenir dans le développement de la recherche.

– garantie des statuts de l’élu(e) et du bénévole dans toutes les collectivités (communes, départements, régions, assemblées nationale et européenne).

– renforcement du rôle de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations (HALDE).

– rétablissement notamment de la fonction de Défenseur des enfants.

-Création d’un Ministère de l’Éducation populaire et des libertés associatives.

-Abrogation de la réforme de 2010 des collectivités territoriales.

Voilà quelques propositions centrales du Front de Gauche.

Amitiés”

Parité : réponse à OLF 91 !

G20_avril_2009Bonjour,

Nous tenons tout d’abord à vous féliciter de votre initiative. Grâce a un certain nombre d’associations, dont vous faites partie, et au regard de certains événements bousculant l’agenda politique, le féminisme a été mis au premier plan de cette campagne électorale. Les questions des violences faites aux femmes, de la parité, des inégalités salariales ou plus simplement du « sexisme ordinaire » ont obligé nombre de dirigeant-e-s politiques à s’interroger sur leurs méthodes et leurs projets. De même, la question de la prostitution – dont nous prônons l’abolition – semble prendre de l’ampleur dans le débat public.

La parité, sur laquelle vous nous interpelez, nous tient particulièrement a cœur au Parti de Gauche. Nous tentons d’ailleurs de nous l’appliquer à l’ensemble des échelons de notre organisation. Toutes les responsabilités – des secrétaires de comités locaux aux co-presidents du Parti de Gauche – sont partagées et paritaires. Cette parité est une arme du combat féministe contre une société patriarcale qui s’est représenté la femme comme une maîtresse de maison gérant les affaires privées tandis que l’homme s’occupait des affaires publiques. De cette considération découle nombre de représentations sur la capacité des femmes à exercer des mandats politiques. Il y a ici un travail culturel conséquent à produire et l’obligation de parité, en donnant l’opportunité à des femmes d’accéder à des postes de
responsabilité au même titre que les hommes, permet de briser les idées reçues qui participent à la perpetuation du phénomène de « plafond de verre ».

C’est pourquoi nous avons décidé de respecter strictement la parité des candidat-e-s a l’élection législative pour le Parti de Gauche. Nous trouvons d’ailleurs obsolètes les amendes infligées dans le cadre du non-respect de ce principe. Aucune subvention publique ne devrait etre versée à un parti qui ne s’y soumet pas !

La deuxième question que vous posez est également particulierement importante. Les circonscriptions réservées aux femmes sont bien souvent celles ou les chances de l’emporter sont minces voire très improbables. Notre situation est, a ce sujet, très particulière puisque le Front de Gauche ne s’est jamais presente en tant que tel aux élections législatives. La plupart de nos candidat-e-s se presentent pour la première fois devant les électeurs et il est difficile d’évaluer leurs chances d’être elu-e-s. Par ailleurs, le système de la Veme Republique étant très présidentialiste – et nous le regrettons – les résultats aux legislatives dépendront pour une très grande part de ceux des candidat-e-s à l’élection présidentielle. Nous comptons donc sur le peuple français pour renouveler une bonne fois la classe politique en laissant la place aux plus jeunes et aux femmes.

Pour finir, le Parti de Gauche, et même plus largement le Front de Gauche, considère que le mode de scrutin uninominal est, de fait, un obstacle a la parité au sein de l’Assemblee Nationale. C’est pourquoi, dans notre proposition de refonte des institutions pour une VIeme Republique, nous pronons la généralisation, pour toutes les élections, du scrutin de liste proportionnelle avec une prime majoritaire à definir. Nous considérons qu’il faut imposer une parité des têtes de listes pour tous les scrutins décentralises : des éléctions municipales aux élections européennes. Ainsi la place des femmes dans les institutions représentatives briserait une bonne fois pour toutes les lieux communs sur la capacité des femmes à pouvoir exercer l’ensemble des mandats politiques.

Nous espérons avoir repondu a vos interrogations et sommes a votre disposition pour continuer le debat. Nous vous invitons, par ailleurs, à participer aux Assemblees Citoyennes du Front de Gauche pour défendre vos idées et vos revendications et faire du féminisme une question majeure de la campagne.

Le Parti de Gauche 91 

 

La saignée continue ! (Martine Billard)

193Contrairement au discours de François Fillon, l’effort ne sera pas partagé. Les ménages seront les plus touchés, que ce soit par l’augmentation de la TVA beaucoup moins indolore que ne le dit le gouvernement (abonnement EDG-GDF, transports publics, etc.), la baisse des allocations familiales et des allocations logement ou l’augmentation de fait de l’impôt sur le revenu.

La santé de nos concitoyens ne pourra que se dégrader d’avantage avec l’annonce de 700 millions d’euros de coupes supplémentaires dans le budget de la santé.

A côté, les entreprises participeront peu à cette cure d’austérité puisque les allègements de cotisations patronales sur les bas salaires et les exonérations des heures supplémentaires sont maintenus. La rente, quant à elle, a encore échappé à toute nouvelle mesure de taxation.

Une fois de plus, le gouvernement utilise la menace des agences de notation pour accélérer la destruction des protections sociales. L’âge de la retraite est encore repoussé : en 2007, il s’agissait de travailler plus pour gagner plus ; en 2011, il faut travailler plus pour gagner moins.

Au lieu de s’en prendre à toutes les exonérations et tous les cadeaux fiscaux accumulés depuis 2002, le gouvernement de Nicolas Sarkozy fait payer la crise au peuple et fait courir un grave danger de récession à notre pays.

François Fillon a annoncé que 2012 marquera la poursuite des attaques contre les salaires et les protections sociales ; le Front de Gauche, lui, propose une autre répartition des richesses en taxant le capital au même niveau que le travail et en récupérant les milliards d’euros perdus avec les multiples exonérations fiscales et sociales.